ABA-html

production HTML

écrire ci-dessous le texte avant de le copier dans « Texte » puis le coller où besoin en html

Chères et Chers membres ou bénévoles ABA,

Nous vous tenons informés des activités, des demandes et des besoins via cette « ABA-NesLetter »

Bien à vous.

Le comité ABA

 

Vidéo tournées cet été dans les ateliers d’intégration des jeunes réfugiés de la guerre, arrivés à Genève du moyen Orient.

introduction du projet

 

video sur sécurité de WP

 Site des codes de couleurs

Les différents droits sur  le site donnent accès au tableaux de bord suivants

Droit « Contributeur »

Droit « Contributeur »

 

Droit « Auteur »

 

 

Droit « Editeur »

 

Ateliers d’intégration

Ci-dessous quelques videos tournées cet été 2016 dans les ateliers d’intégration des jeunes réfugiés de la guerre, arrivés à Genève du Moyen Orient.

Après l’introduction il faut stopper le visionnement et sauter au lien  1. Ahmad car les maquillages n’ont rien à voir avec le projet

introduction du projet

1. Ahmad 2. Amna 3. Ayesha 4. Duha 5. Huda 6. Mohammed 7. Safa’a 8. Taher 9. Yousif 10. Zahra’a

source : Pierre Gerber coach pour les Syriens/Palestiniens  à l’Hospice général de GE.

Droits-ABA

Les différents droits sur le site donnent accès au tableaux de bord suivants

Droits des "Abonnés"

   
 

Droits "Contributeurs"

   

Droits "Auteurs"

Droits "Editeurs"

Droits "Administrateur"

Avec ces droits, tout est ouvert dans les limites de ce que permettent les thèmes et les extensions!

La hiérarchie des droits est:

  1. Abonné
  2. Contributeur
  3. Auteur
  4. Editeur
  5. Administrateur

Nouveautés

Au-delà des informations concernant l’asile, voici quelques « nouveautés » qui le concerne (moyens, documents, etc.)

Attention! Présence de bénévoles au Lagnon: nouvelles pratiques:

Depuis le 1er mars 2019 des changements dans le dispositif de sécurité du centre du Lagnon ont été opérés.

La présence professionnelle HG (Assistante sociale en intervention collective  et Intendants social) se déroule de 07h30 à 12h et de 13h à 16h30.
Néanmoins compte tenu du nombre limité de professionnels ( 3 postes avec leur vacances, formations, colloques…) cette présence ne peux pas être assurée de manière constante.

En outre les agents de sécurité assurent une présence sur le site de 17 h à 7 h du lundi au vendredi.
Les jours fériés et week-end restent 24h/24h.

Compte tenu de ce qui précède il y a des tranches horaires non couvertes ( de 7h à 7h30 et de 16h30 à 17h) hebdomadairement et d’autres qui peuvent intervenir ponctuellement ( absence des 3 collaborateurs).

Des éléments sécuritaires sont présents sur le site (sorties de secours, bouton poussoirs….) et l’équipe sociale est à votre disposition pour vous en expliquer l’utilisation.

chantier

Derniers articles du site

Commentaires des bénévoles

    Témoignages

    Un village se mobilise pour ses réfugiés

    Depuis des années, le peuple suisse vote des restrictions au droit d’asile. Dans le discours politique, on entend souvent dire que la barque est pleine. Pourtant, quand soixante requérants d’asile débarquent dans l’abri de protection civile d’un petit village de la côte vaudoise, les habitants se mettent en quatre pour améliorer le quotidien de leurs nouveaux voisins.
    Les relations humaines peuvent-elles changer notre regard sur les migrants? Faut-il développer une éthique de l’asile pour guider nos lois ?

    Voir la vidéo du reportage de Nicolas Pallay à l’abri PC de Crans-près-Céligny,

    (suivi d’un débat avec Johan Rochel, éthicien à l’Université de Zürich, et Alain-Tito Mabiala, journaliste et requérant d’asile congolais).

    Des témoignages en vidéo...

    Vidéo tournées cet été dans les ateliers d'intégration des jeunes réfugiés de la guerre, arrivés à Genève du moyen Orient.

    Témoignage d’un bénévole des ateliers de français

    « […] Je débarque du bus au Lagnon, à 14h15 cet après-midi lundi. J’attends deux minutes et comme B. ne se présentait pas dans la cour, en bas, je monte l’escalier pour entrer dans le foyer. Le diable se cache dans les détails […] : la porte est fermée et on ne peut l’ouvrir que de l’intérieur. Je frappe, rien... J’attends, je refrappe, et à un moment un migrant me voit depuis l’intérieur.
    Il vient m’ouvrir. Je monte et cherche la chambre 217. Je vois les numéros 8, 9, 10, 11, quelque chose comme ça. Puis, en regardant bien, 313, 314, 315, ... Gasp !
    J’interroge les gens que je vois mais personne ne connaît mon B., que je prononce d’autant moins bien que j’ai oublié chez moi mon papier avec son nom ! Je fais recours à l’assistant social, qui trouve le nom d’après le numéro de chambre, et qui m’indique que les numéros 3… sont les anciens numéros de l’hôpital. (Ce qui montre que certains se fichent pas mal du côté administratif de ce logement.) Je finis par trouver la porte, où je frappe.
    Pas de réponse. Je ne m’en fais pas du tout, croyez-le bien, mais je décide de ne pas quitter la partie aussi vite. Je vais boire un café à l’hôpital, puis je reviens un moment après. Porte du foyer fermée de nouveau. Le même migrant me revoit et m’ouvre encore. (Non, je ne possède pas de portable et ne peux donc pas appeler le numéro indiqué sur la porte.) Je retourne à la chambre 217. Personne. Je vais indiquer au personnel logé au premier (assistant social et une autre employée) que je suis passé.
    S’ils voient ce B., qu’ils lui disent si possible que je l’ai attendu. Et voilà que trois migrants sortent d’une chambre. « Le voilà, B. ! », s’écrie l’assistant social. Merci, je dis bonjour à mon « protégé », lui rappelle que nous avions rendez-vous. Bon, que fait-on maintenant ? On va boire quelque chose à Onex ?
    Il comprend mal ou pas du tout. Son copain qui sait un peu mieux le français lui explique.
    Mais B. a un rendez-vous à l’hôpital ! Bon, tant pis, « mais vous, vous voulez venir avec moi à Onex boire quelque chose ? », demandais-je. Il est partant, l’autre. Et un autre aussi. Alors nous partons, après que je me sois assuré que cela leur convenait vraiment.

    Nous allons prendre le bus à l’arrêt « Loëx-Hôpital ». Nous nous mettons en branle les quatre, B. (j’imagine qu’il va nous quitter à l’hôpital), T. et M. Au moins je ne serai pas venu pour rien et cela occupera deux migrants. à l’arrêt de bus, devant l’entrée, je demande timidement si l’on va boire un café en attendant le bus, sachant la difficulté que j’ai moi-même signalée. T. ne veut pas. Nous attendrons le bus qui doit venir dans 25 minutes. T. propose qu’on parte à pied. D’accord, mais B. doit aller à l’hôpital. Il se révèle que ce n’est pas vrai.
    Je suis à peine étonné et je comprends bien qu’il ait voulu éviter d’aller avec un vieux bonhomme, seul. L’autre jour, je pense qu’il a également trouvé une histoire d’évitement. Avec ses copains, c’est autre chose, apparemment. Et nous voilà partis pour Onex, par le parc des Evaux qu’ils connaissent mieux que moi ! Nous avons bu un café à la ferme, contemplé une carte du monde et deux cartes de la région.
    Puis je leur propose un autre rendez-vous pour lundi prochain. Les trois sont d’accord. Pour faire quoi ? Essayer de voir du sport aux Vernets, ... ? Peu importe, ils s’en remettent à mes choix.
    Alors que je feuilletais un livre présentant Genève –que j’ai emporté avec moi–, ils ont manifesté quelque intérêt pour la photo d’un cheval. Nous décidons d’aller jeter un coup d’oeil au manège tout proche. Nous n’y verrons pas grand-chose, mais... En marchant sur le trottoir, T. me dit qu’il aimerait suivre des cours de français, mais que l’assistant social lui répond toujours « Attendez ». « Bon,
    alors voulez-vous que je vous donne un cours de français lundi prochain ? » à ma question, les trois répondent que oui, ils aimeraient bien pouvoir suivre un tel cours.
    Nous décidons alors de se fixer cet objectif, à l’exclusion d’une visite improbable... […] » JJI